Essania

Pour le voyageur de l'Esprit en quête de son Soleil
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Derniers sujets
» Crop Circle Homme Papillon
Mar 11 Juil - 20:50 par Arké

» Alien project
Jeu 22 Juin - 9:47 par PI

» Le chemin du Cœur pour les Nuls
Mer 12 Avr - 14:20 par Jean

» Soutien pour François Asselineau
Lun 10 Avr - 8:06 par Anne & Antoine

» Alien project
Jeu 23 Fév - 11:56 par PI

» Anne Givaudan en directe ce soit
Mer 22 Fév - 19:54 par PI

» Rennes le chateau
Mer 4 Jan - 12:50 par PI

» La lévitation des pierres - Edward Leedskalnin
Mar 20 Déc - 15:51 par PI

» pire ou mieux?
Mer 16 Nov - 17:26 par Big AL

» 10 juillet 2016, ultimatum pour la mafia Khazare
Jeu 10 Nov - 23:08 par PI

» Prévisions astrologiques 2017
Mer 19 Oct - 12:10 par Régis

» Journée mondiale du théatre
Dim 11 Sep - 9:01 par PI

» Burkini...ou pas ?
Jeu 8 Sep - 22:46 par PI

» Photo d'OVNIs au-dessus du Mont Bugarach
Mer 17 Aoû - 21:27 par PI

» Des entrées géantes découvertes sur la surface de Mars
Dim 14 Aoû - 14:39 par roses

» Alliance galactique
Sam 30 Juil - 7:05 par Régis

» GEMMOTHERAPIE
Ven 15 Juil - 7:00 par Régis

» Nul n'a jamais rebâti le monde sans se rebâtir
Jeu 7 Juil - 10:50 par Régis

» Le dernier livre de Anne Givaudan : Voyager entre les mondes
Dim 12 Juin - 22:26 par fabrice

» Pyramides dites "maya" et étoiles
Dim 8 Mai - 10:47 par PI

Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 La solidarité gagne contre la finance!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PI
Membre ACTIF
Membre ACTIF


Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 53
Localisation : Esperaza
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: La solidarité gagne contre la finance!   Mar 26 Mai - 19:55

Ada Colau, l'héroïne des pauvres aux portes de la mairie de Barcelone
L’Obs
L' Obs


© Getty Ada Colau
Ada Colau est en passe de devenir la première maire "indignée" d'Espagne après être arrivée en tête dimanche 24 mai aux élections municipales à Barcelone. Devant des militants euphoriques, Ada Colau, 41 ans, en larmes, a affirmé qu'avec sa liste, c'est "l'espoir" qui a gagné. "Le désir de changement a vaincu la campagne de la peur, de la résignation, et avec ça c'est nous tous qui gagnons, surtout Barcelone", a-t-elle dit.
Ada Colau menait aux municipales la liste "Barcelone en commun", alliance de plusieurs partis de gauche intégrant notamment la jeune formation antilibérale Podemos, portée par le souffle du mouvement des "indignés" qui avait occupé les places d'Espagne en 2011.
Accusée d'être populiste, inexpérimentée et radicale par ses rivaux, elle a rallié les suffrages de plus de 176.000 électeurs, faisant de la deuxième ville la plus peuplée d'Espagne, avec 1,6 million d'habitants, le premier bastion des "indignés". Sa liste obtient onze sièges, contre dix pour le maire sortant et elle doit encore être investie par le conseil municipal et peut encore être renversée par une coalition d'opposants.
Héroïne des victimes de la crise
Le plus souvent en jeans et T-shirt, cheveux courts et ondulés, son visage rond était déjà célèbre dans le pays, mais personne ne la voyait vraiment s’asseoir sur le fauteuil de la mairie. Elle-même avait assuré, en juillet dernier, que son combat de citoyenne était plus important qu’un engagement politique.
Son travail à la tête de la PAH, organisation qui lutte contre les expulsions de familles surendettées, dans un pays où 3,4 millions de logements restent vides, l'a convertie en héroïne des victimes de la crise et des "banquiers complices".
Son organisation s'est fait connaître en organisant des rassemblements de plusieurs dizaines de militants devant les domiciles de personnes menacées d'expulsions pour empêcher les évictions, avec des occupations de siège de banques ou encore des opérations coup de poing sous les fenêtres d'élus.
Elle dénonce alors les abus du crédit facile qui ont conduit à l'explosion de la bulle immobilière en 2008, plongeant l'Espagne dans une profonde crise : des centaines de milliers de personnes se sont retrouvées dans l'incapacité d'honorer leur crédit hypothécaire dans un pays où le taux de chômage touche plus d'un actif sur quatre.
Après trois ans de mobilisation, Ada Colau marque les esprits quand, dans un discours devant les députés en 2013, elle qualifie de "criminel" un banquier qui avait relativisé le problème.
Le gouvernement de droite est obligé de revoir en partie la réglementation bancaire, sous pression d'une proposition de loi populaire de la PAH qui a recueilli 1,4 million de signatures.
Ada Colau affirmait au début de l'année 2014 que la PAH avait empêché plus d'un millier d'expulsions et aidé à reloger un millier de personnes. Son travail lui a valu le Prix du citoyen européen en 2013 attribué par le Parlement européen.
Pendant la campagne, elle a battu le pavé des quartiers pauvres pour dénoncer les grandes différences entre zones pauvres et riches, encore accentuées par la crise. Son succès populaire a été tel que certains de ses adversaires politiques lui ont prêté des liens avec le terrorisme basque.
"Démocrate radicale"
En juillet 2013, dans une interview à "El Païs", elle se défendait d’être une "héroïne sociale". "C’est ce que le pouvoir veut nous faire croire, ce qui est faux", expliquait-elle avant d’ajouter : "Le message le plus important de la PAH est de dire que les gens simples, s'ils s’organisent, s'ils se soutiennent les uns les autres, peuvent soulever des montagnes et réussir ce qui paraît impossible".
Dans cette même interview, elle affirmait ne pas forcément se sentir de gauche, mais être "une démocrate radicale et défenseure des droits humains […] Je me sens d’une tradition de gauche, mais je ne me sens pas représentée par la direction de la gauche actuelle."
Première manifestation à cinq ans
Quatrième fille d'un designer graphique et d'une commerciale, séparés depuis, Ada Colau est née le 3 mars 1974 à Barcelone quelques heures après la dernière exécution d'un prisonnier sous la dictature de Francisco Franco (1939-1975), un célèbre anarchiste catalan. "Ma mère me le rappelle à chaque anniversaire et ça a marqué mon engagement pour lutter pour un changement social", dit-elle. C'est avec sa mère qu'elle a participé à sa première manifestation à seulement cinq ans.
Le sentiment de révolte a commencé chez elle dès le lycée. "Je me souviens avoir participé aux manifestations contre la première guerre du Golfe […] Mon activisme fut encore plus fort en 2001 contre la mondialisation", raconte-t-elle encore à "El Païs". Militante de syndicats étudiants, elle a manifesté aussi contre la guerre en Irak et surtout, pour le droit au logement.
Etudiante en philosophie, elle a dû quitter l'université alors qu'il ne lui manquait plus que quelques matières à passer, pour aider financièrement sa famille. Enchainant les petits jobs (consultante en communication, traductrice, a même joué dans un sitcom télé, "l’une des pires choses que j’ai faites", regrettera-t-elle) elle a finalement été embauchée en 2007 dans un Centre d'études économiques et sociales."Le salaire le plus élevé que j'ai jamais touché était de 1.500 euros", a-t-elle dit récemment.
Baisse du salaire du maire, revenu minimim… déjà des mesures phares
Elle s'apprête désormais à entrer dans les sphères du pouvoir qu'elle a si durement critiquées.
Elle veut consacrer ses premières mesures une fois au pouvoir à son combat de toujours : paralyser les expulsions dans la ville, convertir les appartements vides en logements sociaux, forcer les entreprises à réduire les prix de l'eau, du gaz, de l'électricité ou encore lancer un revenu minimum de 600 euros pour les familles au bord de la misère.
Sans passé politique ni militance dans aucun parti, Ada Colau veut en finir avec les "privilèges": elle abaissera son salaire jusqu'à 2.200 euros par mois, contre 143.000 euros par an pour le maire actuel, le nationaliste conservateur Xavier Trias, réduira le nombre de voitures officielles et limitera à deux le nombre de mandats.
Plus globalement, elle rêve de faire de Barcelone "une référence mondiale en tant que ville démocratique et socialement juste" et de critiquer un tourisme "hors de contrôle" qui a saturé le centre historique d’hôtels et d’appartements touristiques, fait exploser les loyers et éloignant les petites entreprises. "Barcelone possède les ressources, l'argent et les compétences. La seule chose qui manque à ce jour est la volonté politique", déclarait-elle encore récemment au "Guardian".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jachal
Membre ACTIF (Ancien d'Essania)
Membre ACTIF (Ancien d'Essania)
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1159
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: La solidarité gagne contre la finance!   Mer 27 Mai - 14:34

A Madrid la liste Podemos est également arrivée en tête. Mais là, comme en France pour le Front National, elle va devoir affronter une liste unie "gauche-droite". Les "ennemis de toujours" étant en fait des "amis de toujours" qui jusqu'à ce moment fatidique nous ont "fait croire que"

Le système électoral particulièrement injuste impose à Podémos jusqu'à 5 fois plus de voix pour élire un député.

*****************
Le droit le plus important, c'est le droit de rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PI
Membre ACTIF
Membre ACTIF


Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 53
Localisation : Esperaza
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La solidarité gagne contre la finance!   Jeu 28 Mai - 18:46

Idem qu'en France, oui. sauf que Podemos est à priori un parti de solidarité alors que notre Fn est plutot raciste et facho...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jachal
Membre ACTIF (Ancien d'Essania)
Membre ACTIF (Ancien d'Essania)
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1159
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: La solidarité gagne contre la finance!   Ven 29 Mai - 7:32

"Raciste et facho" ce sont les termes utilisés par les Sarkozy et Hollande dont les programmes politiques se résument à "tout contre le FN"

Le FN, un parti qui ne me séduit guère mais qui porte tout de même de vrais aspirations au changement.

Sarko a tué la démocratie (traité de Lisbonne) et le second nous amène la dictature (loi sur internet, écoutes téléphoniques, lois d'exceptions contre les "terroristes"). Le terme, qui se veut péjoratif de "populiste" est également utilisé contre les "anti-système" qualifiés d'extrémistes, de droite ou de gauche.

Mais tous ces mots ne veulent pas dire grand chose. Il y a les partis de la finance internationale qui sont en train de perdre la partie et qui donc font ce qu'ils ont toujours fait : ils tuent la démocratie et amènent la dictature avec en prime une bonne guerre civile de type franquiste (il ne manquera pas de mercenaires étrangers pour venir aider) et même en prime une "bonne guerre" contre la Russie (voir le recrutement exceptionnel dans l'armée ces derniers mois) pour servir nos amis américains.

Alors qu'un parti "patriote" aille contre la finance internationale cela crée une hystérie générale parmi tous ces politiques qui s'accrochent à leurs privilèges, hystérie qui est abondamment relayée et entretenue par tous les médias collabos. Et il faut reconnaître qu'ils s'y entendent pour formater les esprits.

J'ai pensé que nous avions dans l'UPR d'Asselineau l'équivalent de Podémos. Mais l'UPR d'Asselineau a qualifié Podémos de "parti-leurre" et Syrisa de "fachos" Alors je m'interroge : l'UPR qui est anti-FN, anti-Front de gauche, anti Dupont-Aignan, anti-Syrisa se dit en même temps contre l'Europe, l'Euro, l'OTAN, la finance internationale, et se réclame de la tradition gaulliste de non alignement, ce qui ne peut que séduire. Alors est-elle vraiment sincère ?

Les français ne mesurent pas à quel point la France a été précipitée en quelques années dans une pauvreté structurelle qui a ouvert en grand la porte aux prédateurs financiers et qui est en train de perdre toutes les valeurs qui ont fait d'elle un exemple dans le monde.

Personnellement j'attends un réveil et une prise de conscience de la population française mais malgré l'agitation de la toile je ne vois guère les choses bouger et je ne vois pas pour l'instant comment un mouvement anti-système véritable pourrait émerger. Mais on peut croire au miracle : Podémos n'existait pas il y a seulement un an et demi ! Mais ce parti s'est appuyé sur un mouvement social, et pour aller régulièrement en Espagne j'ai vu comment la population est descendue sans relâche dans la rue. En France...on cause !

Alors si je ne suis pas Charlie je suis tout de même Podémos. Et je le dis pendant que je peux le dire encore, c'est à dire peut-être pour peu de temps au train où les lois réactionnaires sont prises.

Voilà, on pourra pas dire que je pratique la langue de bois. Mais j'ai voulu ce post sans esprit de polémique.

Mais à la limite, ce qui se passe, ne me concerne pas.

*****************
Le droit le plus important, c'est le droit de rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PI
Membre ACTIF
Membre ACTIF


Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 53
Localisation : Esperaza
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La solidarité gagne contre la finance!   Ven 29 Mai - 17:37

Jachal a dit:"Il y a les partis de la finance internationale qui sont en train de perdre la partie"

Peux tu préciser pourquoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Régis
Fondateur/Admin.
Fondateur/Admin.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5246
Age : 60
Localisation : Un petit coin de paradis sur Terre
Humeur : Optimiste
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: La solidarité gagne contre la finance!   Sam 30 Mai - 6:30

Jachal a écrit:
Personnellement j'attends un réveil et une prise de conscience de la population française mais malgré l'agitation de la toile je ne vois guère les choses bouger et je ne vois pas pour l'instant comment un mouvement anti-système véritable pourrait émerger.

En effet. Pour l'instant, la majorité des français sont tellement conditionnés à être divisés et à ne regarder que le bout de leur nez ("moi d'abord ; les autres, c'est leur problème") que cela rend impossible toute union solidaire et majoritaire pour le changement de l'ancien système. Il suffit de comprendre avec quoi les dirigeants du monde nous tiennent par la laisse et d'oser ne plus vouloir en dépendre, accepter de s'en passer. Et de quoi les maîtres du monde nous ont rendu dépendants ? Le pétrole, l'énergie, l'argent, la télé, internet, la mal-bouffe, les médicaments, etc.. etc... bref la liste est longue et la plupart des gens diront toujours qu'ils en ont besoin et qu'ils ne veulent pas s'en séparer, qu'il faudrait être fou pour faire une chose pareille, qu'il serait impossible de survivre...

Et pourtant... et pourtant, il y a des gens sur cette planète qui s'en passent très bien et qui s'en sortent quand même. Dans la majorité des cas, ce sont des personnes qui vivent dans l'autarcie et qui savent se contenter du nécessaire.

A propos, ça me fait penser à un article intéressant que j'ai partagé sur Facebook et je vous le poste ici :

QUE MANGENT LES RICHES ?
par Jean-Marc Dupuis - Santé Nature Innovation

Chère lectrice, cher lecteur,
Martin Vander Weyer, chroniqueur économique du magazine anglais The Spectator, se plaint dans un récent article de la tristesse des repas chaque fois qu'il mange avec un « super riche ».
Il raconte avoir accompagné pendant deux jours dans les plus somptueuses réceptions en Inde Sir Richard Branson, PDG du groupe Virgin : jamais il ne le vit toucher aux magnifiques buffets servis en son honneur.

Lorsqu'il déjeuna avec Lord Bamford, un richissime industriel collectionneur de Ferrari, celui-ci se contenta d'une petite salade de crudités sans assaisonnement, « de la nourriture pour lapin » selon ses mots.

Le plus riche des milliardaires de Londres, Sri Hinduja, propriétaire d'un immense groupe industriel, chimique et d'armement, d'origine indienne, ne boit que du thé et ne mange que des légumes, à tel point que, lorsque la Reine d'Angleterre l'invite en son palais de Buckingham, il vient avec sa nourriture dans un Tupperware !

Le multimilliardaire Steve Jobs, dirigeant d’Apple, était lui aussi « fruitarien », ne mangeant que des légumes et fruits frais, ainsi que des céréales complètes. Son gourou, Robert Friedland, dirigeait une ferme communautaire où le jeune Steve se rendait souvent.

Marc Zuckerberg, le jeune PDG de Facebook, devint quasi-végétarien en 2011, l'année où sa fortune fit le plus grand bond en avant. Il expliqua au magazine Fortune être entré dans une nouvelle démarche vis-à-vis de la nourriture : « Cette année je suis pratiquement devenu végétarien, car la seule viande que je mange vient d'animaux que j'ai tués moi-même.(…) Je crois que beaucoup de gens oublient qu'un être vivant doit mourir pour que l'on mange, donc mon but est de ne pas me laisser l'oublier, et d'être reconnaissant de ce que j'ai », a-t-il expliqué. Il précise que « beaucoup » de ses amis font comme lui.

Larry Ellison, PDG d'Oracle, à la tête d'une fortune colossale (41 milliards de dollars) est connu pour être un « végétarien plus poisson ».

Les fondateurs de Google, Larry Page et Sergueï Brin, ont insisté depuis l'origine pour que tous leurs employés mangent bio dans le « Googleplex », le campus qui sert de siège à leur société.
Il est intéressant de noter que ces exemples sont tirés des plus riches parmi les riches. Entre eux et nous, les gens normaux, il y a évidemment une classe très nombreuse de personnes qui, au contraire, profitent de leur fortune pour faire n'importe quoi sur le plan alimentaire, comme en témoignent par exemple les taux dramatiques de diabète dans les pays du Golfe et chez les riches citadins en Chine, en Inde, au Brésil, au Mexique, etc.

Quant à l'homme le plus riche du monde, Warren Buffet, dont la fortune est estimée à 65 milliards de dollars, il a expliqué à de nombreuse reprises n'avoir jamais changé de régime depuis l'époque où il était un étudiant fauché : Big Mac et Coca-Cola à tous les repas, qu'il va lui-même chercher au McDrive, dans sa vieille voiture bringuebalante. (Il faut noter qu'il habite toujours dans le modeste pavillon qu'il acheta en 1957 dans un quartier populaire d'Omaha, au fin fond des Etats-Unis. Il est connu également pour avoir répondu, à un journaliste qui lui demandait pourquoi il ne s'achetait pas un costume plus cher : « Mais j'achète des costumes chers ! C'est juste qu'ils paraissent bas de gamme quand c'est moi qui les porte. »)

Toutefois, c'est bien dans les quartiers les plus riches de New York, de la Silicon Valley, de Hollywood et dans les milieux financiers de Londres, de Genève et de Zurich, que vous trouvez le plus de végétariens, d'écologistes et d'adeptes du yoga, en proportion de la population.

La leçon que nous pouvons en tirer, c'est que lorsque vous n'avez plus rien à désirer dans la vie matérielle, vous n'avez pas envie de vous nourrir de caviar, de foie gras, de homards et de manger tous les soirs dans des restaurants étoilés.

Cette image de la vie des super riches qui ne serait que fêtes arrosées de Champagne et tables croulant de petits-fours est un cliché véhiculé par la publicité, le cinéma, les vidéoclips pour faire croire aux gens que le bonheur c'est ça, quand on en a les moyens. Et que donc, si vous voulez être plus heureux, il faut gagner plus d'argent pour pouvoir, vous aussi, vivre de cette façon.

Mais c'est un mensonge, une arnaque, dont le seul but est de vous pousser à consommer plus.

La meilleure nourriture du monde
Depuis la plus ancienne antiquité, dans toutes les civilisations, les sages ont compris qu'il n'y a pas de meilleure boisson qu'un grand verre d'eau fraîche après l'effort.

Les montagnards savent qu'il n'y a pas de repas plus succulent qu'une bonne tartine de jambon cru mangée accroupi sur un rocher, dans les rayons du soleil levant qui viennent caresser le sommet de la montagne après une marche harassante commencée à 4 heures du matin.

Les marins savent qu'il n'y a pas de plus grand plaisir culinaire qu'une tasse de thé brûlant dans la soute de leur bateau après 12 heures de lutte contre la tempête.

Ce principe d'austérité heureuse a été expliqué en long, en large et en travers par Sénèque, philosophe romain. Immensément riche lui aussi, il s'était aperçu que son seul moyen d'être vraiment heureux était de porter des vêtements simples, dormir à la dure sous les étoiles, boire de l'eau fraîche et manger une nourriture légère.

À noter que Sénèque vécut exactement à l'époque de Jésus Christ (il est né en l'an « 1 après JC » !), qui enseigna également qu'il est « plus difficile à un homme riche d'entrer au Royaume des Cieux qu'à un chameau de passer par le chas d'une aiguille », autrement dit que les biens matériels sont un obstacle pour parvenir à la sainteté.

Mais les vertus du détachement étaient aussi prêchées par d'innombrables sages, prophètes et philosophes à travers les âges : Confucius, Bouddha, Moïse (contre le « veau d'or »), Socrate (pour qui la mort elle-même n'était pas inquiétante), Cicéron, saint François d'Assise, Montaigne (« Philosopher, c'est apprendre à mourir », autrement dit à se détacher des biens du monde)…
Aujourd'hui, cette sagesse est toujours prêchée par Nassim Nicholas Taleb, qui rappelle que le corps a ceci de merveilleux qu'il se renforce lorsqu'il est soumis à des épreuves, et qu'au contraire le confort et l'abondance l'affaiblissent et le rendent malade ; Pierre Rahbi, à qui j'ai emprunté l'expression de « l'austérité heureuse » ; le Pape François, qui appelle à la pauvreté volontaire, et tant d'autres qui sans cesse rappellent qu'une vie simple est la seule voie vers le vrai bonheur.

Conseils pratiques pour une vie heureuse
J'ai un jour rencontré l'écrivain franco-russe Andréï Makine, lauréat du prix Goncourt. Il m'expliqua que ses succès littéraires lui avaient rapporté beaucoup d'argent mais qu'il en avait fait don à des personnes « qui en avaient plus besoin que lui ».

Alors que je le félicitais pour tant de générosité, il me répondit que, pas du tout, il n'avait pas fait ça par générosité mais parce qu'il tenait avant tout à ne pas se compliquer la vie. Dès que l'on commence à avoir des choses, cela vous fait perdre du temps. Ainsi une grande maison demande plus d'entretien qu'une petite, une grosse voiture se gare moins facilement qu'une petite, et beaucoup moins vite qu'un vélo, des chaussures à lacets s'enfilent plus lentement que des sandales, etc.

Cumulez ces petits gestes sur une longue période, et ce sont des années de vie que vous perdez.
Un des choix les plus importants à faire est d'habiter dans un endroit accessible et pratique. Aller et venir à pied ou à vélo de son travail est un des choix qui améliorent le plus la vie au quotidien. L'idéal est de pouvoir également faire ses courses à pied. Avoir un marché dans une rue adjacente vous économisera chaque semaine des heures perdues dans les parkings, les ronds-points et les galeries commerciales des supermarchés.

Si vous êtes en immeuble, choisissez les étages les plus bas, qui vous évitent de dépendre de l'ascenseur. Préférez une petite surface, où vous ne perdrez pas de temps à traverser les pièces, faire le ménage, ouvrir et fermer les volets.

De même, on nous pousse constamment à acheter de nouveaux vêtements mais la réalité est que la plupart d'entre nous avons une ou deux tenues préférées que nous portons la plupart du temps (selon les saisons). Ayons le courage de vider nos armoires de tous ces vêtements et chaussures que nous ne portons jamais, et donnons-les à Emmaüs. C'est autant de place de rangement gagnée.
Vivre dans une région ensoleillée est également un grand avantage, car vous portez des vêtements simples et amples, qui vous font économiser beaucoup de temps en lessive et pour vous habiller.
Nos cuisines sont souvent trop grandes : les cuisinistes font rêver les foules avec de magnifiques cuisines rutilantes et suréquipées, mais la réalité est qu'elles sont presque toujours sous-utilisées. Comme pour les vêtements, ce sont au final toujours la même casserole, la même poêle et les mêmes deux ou trois ustensiles de base que nous utilisons. Bien entendu, il faut éviter les livres de cuisine qui vous donnent des recettes nécessitant des ingrédients et du matériel compliqués.
Ne partez pas en vacances à l'autre bout du monde, cela ne vous rendra pas plus heureux. Au contraire, le temps d'attente dans les aéroports, les bagages qui se perdent, les transferts, le décalage horaire, l'installation dans des chambres d'hôtel, tout cela vous gâche l'essentiel du temps de vos vacances, fatigue et coûte inutilement cher.

Avec tout l'argent que vous aurez économisé, achetez de la nourriture bio, de bonne qualité.
Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ?

Alors, puisqu'il n'est pas besoin d'attendre d'être riche pour être heureux, et que le succès financier en pousse certains à vivre plus simplement qu'avant, commençons tout de suite.

Fuyons les fausses promesses des publicitaires. Ils ne pensent qu'à nous faire consommer plus, ce qui, au bout du compte, ne pourra que nous rendre malades et malheureux.

Et merci à tous ces milliardaires cités au début de cette lettre qui montrent que tout cela n'est pas qu'un beau discours, mais que certains au moins le mettent réellement en pratique.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis
http://editions.santenatureinnovation.com/

*****************
"Ce ne sont pas les chercheurs qui trouvent des idées, ce sont les idées qui trouvent les chercheurs." (Jean-Pierre Petit)

"La vie sous toutes ses formes est un cadeau. Elle est sacrée. Il n'y a aucune scission à faire entre la spiritualité et la vie dans la matière. Tout est sacré !" (Daniel Meurois - "Pionnier de l'Eveil" - Ed. Ariane)


Dernière édition par Régis le Dim 31 Mai - 5:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jachal
Membre ACTIF (Ancien d'Essania)
Membre ACTIF (Ancien d'Essania)
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1159
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: La solidarité gagne contre la finance!   Sam 30 Mai - 8:43

Je viens de faire un calcul et je m'aperçois que je passe 10 jours par an (10 fois 24 heures) dans un ascenseur, rien que dans mon immeuble ! Par contre j'ai gagné 25 jours depuis que je suis à la retraite et ne suis pas obligé de me taper quotidiennement des embouteillages pour aller bosser.

A propos de l'alimentation, Bob Bellanca de BTLV a dit qu'il était devenu végétarien sur sa radio-TV. Un type vraiment bien ! C'est habituellement un sujet tabou dans toutes les radios TV... où il ne fait pas bon dire qu'on mange bio ou qu'on a banni la viande.

*****************
Le droit le plus important, c'est le droit de rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jachal
Membre ACTIF (Ancien d'Essania)
Membre ACTIF (Ancien d'Essania)
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1159
Localisation : France
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: La solidarité gagne contre la finance!   Sam 30 Mai - 8:48

Pourquoi les partis de la finance internationale perdent la partie ?

Mais c'est ce que disent les analystes financiers sur toutes les TV : ils ne croient plus au maintien du système actuel et prédisent sa fin dans les toutes prochaines années.

Mais ils savent aussi qu'ils ne lâcheront pas facilement.

*****************
Le droit le plus important, c'est le droit de rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PI
Membre ACTIF
Membre ACTIF


Masculin
Nombre de messages : 808
Age : 53
Localisation : Esperaza
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: La solidarité gagne contre la finance!   Dim 31 Mai - 12:50

D'accord avec toi, Jachal sur les politiques qui déçoivent tout le monde et sont en perte de vitesse. Le tout étant de comprendre qu'ils ne déçoivent qu'en apparence puisqu'ils travaillent tres bien pour dérouler le plan de leurs maitres secrets, qu'on peut qualifier de nazis. Ils déçoivent ceux qui ne connaissent pas leurs véritables employeurs...Ceux d'ailleurs, naifs, qui tel que moi, ont voté hollande en pensant qu'il était moins corrompu que sarko. maintenant, il est établi que l'umps est aux mains des nazis, le mot n'est pas trop fort, je crois. Super les élections. Les fachos Lepen contre les nazis umps!

Mais si les politiques perdent du terrain, la finance , elle tient de plus en plus le monde par l'argent et le pouvoir. Les politiques perdent du terrain mais la finance en gagne chaque jour...C'est une réalité, non? Il y a 20 ans, Daniel et Anne écrivaient que le nazisme était plus puissant que jamais dans le monde. J' avais été un peu étonné à l'époque. Connaissant maintenant mieux ce qui se cache derriere la finance, je sais que c'est une réalité.
C'est d'ailleurs un sacré défi pour l'humanité, une initiation. Elle va etre obligée de faire preuve de bien plus de discernement pour comprendre la situation réelle. Et aussi choisir entre la soumission qui menera à la catastrophe ou le partage et la fraternité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La solidarité gagne contre la finance!   

Revenir en haut Aller en bas
 
La solidarité gagne contre la finance!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parlons-en de la loi du plus fort!
» Historique ! Le peuple canadien gagne un procès contre la Banque du Canada
» un répulsif contre les fourmi??
» Recette contre les cochenilles
» pub Peta fabuleuse contre la fourrure 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Essania :: Unis vers l'Univers :: Unis vers l'Univers-
Sauter vers: